De belles initiatives ont fleuri dans tout le réseau depuis le début du confinement. Avec un but commun : assurer la continuité des missions des Banques Alimentaires auprès des plus démunis, tout en garantissant la sécurité sanitaire de tous.

Des partenariats qui s’adaptent face à l’urgence

C’est une des facettes de la crise sanitaire, et malheureusement pas une des moins inattendues : partout en France, de nombreux foyers se retrouvent fragilisés par le confinement et le nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire a nettement augmenté ces dernières semaines. Conscients de l’urgence, les Banques Alimentaires, leurs associations partenaires et les collectivités locales ont dû rapidement s’adapter pour pouvoir faire face au quotidien – entre absence de bénévoles confinés, fermetures de nombreux relais associatifs et arrêt de la ramasse.

Ainsi, dans le Cher, la Banque Alimentaire et le Conseil Départemental se sont associés pour mettre en place une vaste opération d’aide au transport et au bénévolat pour soutenir les associations ou les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) qui manqueraient de moyens. La Banque Alimentaire de l’Isère a pour sa part reçu l’aide de quatre agents départementaux. Pour répondre aux nouveaux besoins, la Banque Alimentaire de l’Ain a étendu son service à tous les CCAS du département qui lui font la demande.

Des modes de distribution repensés

Sur tout le territoire, des Banques Alimentaires se sont également mobilisées pour organiser la distribution de colis alimentaires aux étudiants isolés, très durement touchés par la crise. Les Banques Alimentaires de Bordeaux et de la Gironde, de Toulouse et sa région, et celle de Nancy et Meurthe-et-Moselle en font partie.

Faisant d’une pierre deux coups, le département du Gard a conclu pour sa part un partenariat avec des agriculteurs locaux et la Banque Alimentaire locale, qui récupère ainsi quatre tonnes de fruits et de légumes de saison par semaine. Tout comme en Savoie, où la Grand Chambéry a acheté 30 000 euros de fromages pour les donner à la Banque Alimentaire du département.

sacs préremplis

La sécurité et l’efficacité avant tout

Parallèlement, de nombreuses Banques Alimentaires préparent directement des colis de denrées individualisés, notamment en mutualisant les moyens – bénévoles et véhicules par exemple – avec d’autres associations et les collectivités locales. La Banque Alimentaire de Vichy s’est ainsi associée avec l’Épicerie Solidaire, les Restos du Cœur et le Secours Catholique pour fournir des colis de denrées aux CCAS. La Banque Alimentaire de Charente-Maritime distribue plus de 1 000 sacs par jour aux plus démunis par l’intermédiaire de ces mêmes structures. La Banque Alimentaire de Saint-Lô alimente quant-à-elle des distributions de colis, aidés de certains élus et agents communaux.

Les équipes ont aussi revu les modes de ramasse et de distribution des denrées pour garantir la sécurité sanitaire à tous les échelons. La Banque Alimentaire de Rennes fonctionne désormais comme un drive : les associations partenaires ne rentrent plus dans l’entrepôt mais retirent les denrées au niveau d’un quai de livraison, afin de réduire les contacts. Certaines Banques Alimentaires demandent aussi aux donateurs de pré-conditionner au maximum leurs produits pour réduire les tris.

Les partenaires privés au rendez-vous

De beaux partenariats avec des acteurs privés ont aussi vu le jour un peu partout sur le territoire. Dans les Bouches-du-Rhône, la Banque Alimentaire donne des denrées alimentaires à un traiteur ce qui lui permet de cuisiner 800 repas par jour pour des bénéficiaires dans le besoin. De son côté, la Banque Alimentaire de Besançon a reçu l’autorisation du supermarché Atac d’Ornans pour distribuer des colis à l’entrée. Ailleurs, la Banque Alimentaire de Saint-Brieuc a réussi à organiser une collecte de produits dans les supermarchés en laissant à l’entrée des caddies et des affiches explicatives.

Malgré la nécessité de se réorganiser et des équipes parfois restreintes, c’est l’ensemble du réseau qui continue de fonctionner à plein régime depuis le début du confinement. Entre inventivité, débrouillardise et motivation à toute épreuve, les Banques Alimentaires sont pleinement mobilisées pour les semaines et les mois qui viennent – et qui s’annoncent encore difficiles pour beaucoup de personnes.

Tour d’horizon des initiatives solidaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *